À la Une


COVID - Mise à jour au 27 octobre 2020

Bonne nouvelle, nos installations aquatiques pourront continuer à offrir de la pratique libre jusqu’au 23 novembre 2020. C’est ainsi que l’univers aquatique comprend les propos du premier ministre François Legault lors de son point de presse du lundi 26 octobre 2020. Cette annonce concorde tout à fait avec l’invitation des scientifiques à sortir, à courir et à pédaler pour se maintenir en bonne santé et garder le moral, si on ajoute à l’énumération se baigner et nager. C’est une solution de plus pour prévenir ou combattre la déprime de novembre et les troubles du sommeil. Le stress et l’anxiété inhabituelle qu’impose la situation sanitaire peuvent être atténués si les gens participent à une activité libre en piscine.

L’Association des responsables aquatiques du Québec (ARAQ) invite donc les gestionnaires aquatiques à reconsidérer leur offre de service pour faire en sorte que le bain libre soit accessible partout au Québec. Surtout que les vestiaires peuvent toujours être accessibles à la clientèle fréquentant nos piscines.

Certains ont été informés que leur Direction régionale de santé publique régionale a donné le feu vert aux cours privés en piscine. L’ARAQ a bel et bien reçu un message en ce sens du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) , mais cette autorisation n’apparaît pas encore dans la section Questions-réponses du site du Gouvernement du Québec mais sera mis à jour dans les plus brefs délais. La nouvelle directive stipule que, en zone rouge, les intervenants (moniteurs, entraîneurs, instructeurs, guides, etc.) peuvent offrir des leçons ou des cours privés à un seul client à la fois, ou à des personnes habitant sous le même toit (ex. : parent-enfant).

Calcul du maximum

Rappelons que le nombre maximal de personnes présentes sur un plateau de piscine est égal au nombre maximal autorisé en fonction de la couleur de la zone moins le nombre de préposés à la surveillance en poste. On peut ainsi calculer le nombre maximal de baigneurs ou nageurs admissibles pour les activités libres. Si vous ajoutez des moniteurs ou des entraîneurs aquatiques pour donner des cours privés, vous devrez diminuer d’autant le nombre de baigneur ou nageurs présents.

Dans l’éventualité où la piscine serait utilisée à la fois pour la pratique libre et des cours privés, les surveillants-sauveteurs doivent assurer l’entièreté de la surveillance comme prévu à l’Annexe 3 du Règlement de sécurité dans les bains publics B-1.1. r.11.

Lorsque la piscine sera utilisée exclusivement pour un ou des cours privés, le ou les moniteurs ou entraîneurs aquatiques devront être qualifiés en vertu de l’article 27 du Règlement de sécurité dans les bains publics B-1.1. r.11, à défaut de quoi un surveillant-sauveteur devra être présent à ses ou leurs côtés en respectant évidemment la distanciation de 2 mètres.

L’ARAQ souhaite que les cours privés en piscine reprennent. Elle encourage les gestionnaires aquatiques à poursuivre leur collaboration avec les clubs et les associations locales pour accueillir à nouveau les cours privés dans leurs installations.

Pour plus de détails, participez au Rendez-vous d’octobre du mercredi 28 octobre à 8 heures en cliquant sur le lien suivant :

Participer à la réunion Zoom, cliquez ici.

Lucie Roy
Présidente, ARAQ